CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Start-up

De nouveaux polymères pour l'injection sous-cutanée d'anticancéreux

Des chercheurs de l'Institut Galien Paris-Sud1 ont mis au point une stratégie de synthèse de médicaments anticancéreux à injecter par voie sous-cutanée. La start-up Imescia créée en juin 2019 développe ces nouveaux traitements dont le mode d'administration permettra d'utiliser des anticancéreux plus efficaces, aujourd'hui inutilisables en raison de leur toxicité locale.

illustration

Les traitements anticancéreux sont pour la plupart administrés par voie intraveineuse, à l'hôpital. L'injection sous-cutanée permettrait de simplifier le traitement. Mais cette voie est aujourd'hui limitée par la toxicité locale des molécules anticancéreuses. Pour s'affranchir de cet obstacle, des chercheurs de l'Institut Galien Paris-Sud1 ont mis au point une stratégie de synthèse simple et transposable à plus grande échelle de prodrogues2 polymères anticancéreuses sans toxicité.

Elle consiste à coupler une molécule anticancéreuse avec un agent de contrôle de polymérisation radicalaire, qui va ensuite amorcer la polymérisation d'un monomère. Le résultat est une prodrogue constituée d'une molécule de principe actif, liée à l'extrémité d'une courte chaîne de polymère, qui est libérée après injection de manière contrôlée et prolongée dans le sang. Au-delà de la simplicité de l’administration, cette approche innovante permet d’améliorer l’efficacité des traitements. La start-up Imescia a été fondée en juin 2019 pour développer ces nouveaux traitements brevetés3.

Cette technologie peut s'adapter à de nombreuses molécules anticancéreuses, avec différents polymères. « Nous nous focalisons sur des molécules anticancéreuses hautement efficaces, mais qui n'ont pas pu être utilisées en raison notamment de leur toxicité », indique Tanguy Boissenot, PDG et confondateur d'Imescia4. La start-up développe son propre produit, un traitement anticancéreux par voie sous-cutanée qui est au stade des études précliniques. En parallèle, des partenariats sont en cours de négociation avec des laboratoires pharmaceutiques pour mettre au point des traitements basés sur des molécules actives qui jusqu'ici n'ont pas pu déboucher sur des traitements. Pour financer ces activités, une première levée de fonds devrait être finalisée au milieu de l'année 2020.

 

1 Institut Galien Paris-Sud (CNRS/Université Paris-Saclay)

2 Une prodrogue est un médicament administré sous une forme inactive, qui une fois administré libère le principe actif.

3 Brevet WO/2019/097025 « Prodrogues polymères et leur administration sous-cutanée et/ou intramusculaire », en copropriété CNRS/Université Paris-Sud, publié le 23/05/2019,

4 Imescia a été fondée par Tanguy Boissenot (PDG) , Alexandre Bordat (directeur technique), 

Nicolas Tsapis, Directeur de recherche CNRS à l'Institut Galien Paris-Sud (conseiller scientifique) et

Julien Nicolas, Directeur de recherche CNRS à l'Institut Galien Paris-Sud, (conseiller scientifique)

Contact :

Tanguy Boissenot / PDG d'Imescia / tanguy.boissenot@imescia.com