CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Start-up

Des tests de diagnostic cent fois plus sensibles pour les maladies infectieuses

Une nouvelle méthode de détection de molécules biologiques, fondée sur des nanoparticules luminescentes, a été mise au point par le Laboratoire d’optique et biosciences1 et le Laboratoire de physique de la matière condensée2. La start-up Lumedix utilise ces nanoparticules pour développer des tests rapides de diagnostic de maladies infectieuses, dont la sensibilité est similaire à celle des tests réalisés en laboratoires d'analyses.

illustration

Le diagnostic précoce de maladies infectieuses comme la tuberculose permettrait d'améliorer l'efficacité de leur traitement, notamment dans les pays émergents. Il faudrait pour cela disposer de tests de dépistage rapides et performants, utilisables sur le terrain. Une nouvelle méthode de détection de molécules biologiques, mise au point par le Laboratoire d’optique et biosciences et le Laboratoire de physique de la matière condensée, a permis de développer un test rapide (test « bandelette ») jusqu'à 100 fois plus sensible que les tests actuels, aussi performant que le diagnostic réalisé en laboratoire d'analyses médicales. La start-up Lumedix, issue des deux laboratoires de recherche, a pour objectif de commercialiser cette méthode de diagnostic in vitro.

La nouvelle méthode de diagnostic, brevetée3, est fondée sur des nanoparticules luminescentes à base de terres rares. Elle consiste à greffer sur ces nanoparticules des biomolécules susceptibles de se lier à des marqueurs de la maladie à détecter. Un lecteur développé par Lumedix, avec le soutien de la Satt Paris-Saclay, détecte la luminescence des nanoparticules et donc les biomarqueurs recherchés.

Le Laboratoire de physique de la matière condensée a développé une méthode de production de nanoparticules à température ambiante et en suspension dans l'eau. Cette voie de synthèse par « chimie douce » est un atout, alors que d'autres nanoparticules envisagées pour ce type d'application, telles les quantum dots, sont bien plus complexes à synthétiser. La collaboration entre les deux laboratoires a permis la mise au point des techniques de greffage des biomolécules sur les nanoparticules. « Dans le cadre d'un projet de maturation financé par la Satt Paris-Saclay, nous avons réalisé un prototype industriel du lecteur portable. Notre objectif est d'avoir un premier produit commercial au début de l'année 2021 », indique Antigoni Alexandrou, chercheuse CNRS au Laboratoire d’optique et biosciences et co-fondatrice de Lumedix.

La start-up commercialisera ses nanoparticules fonctionnalisées et son lecteur auprès des industriels producteurs de tests « bandelettes » qui souhaitent disposer de méthodes plus sensibles. « Des études de faisabilité sont en cours avec des partenaires et devraient déboucher sur des licences d'exploitation », annonce Max Richly, président et co-fondateur de Lumedix. La start-up envisage également de développer ses propres tests, notamment pour le diagnostic de la tuberculose dans les pays émergents, afin de les proposer aux organismes de santé publique, aux hôpitaux et aux laboratoires d'analyses. Enfin Lumedix travaille à la mise au point de tests de diagnostic et de tests sérologiques du virus SARS-CoV-2, responsable de la maladie COVID-19, avec un objectif de disponibilité fin 2020.

 

1 Laboratoire d’optique et biosciences (CNRS/École polytechnique/Inserm)

2 Laboratoire de physique de la matière condensée (CNRS/École polytechnique)

3 Brevets :

  • « Particules luminescentes à base de terres rares et leur utilisation à titre d'agent de diagnostic », en copropriété CNRS/École polytechnique, déposé le 18/05/2007 (FR1754416, WO2018211109A1)
  • « Procédé de détection ultra-sensible à l'aide de particules photoluminescentes », en copropriété CNRS/École polytechnique, publié le 08/02/2019 (FR1754416, WO2019025618A1)Test à diffusion capillaire mettant en œuvre des nanoparticules inorganiques photoluminescentes », en copropriété CNRS/École Polytechnique, déposé le 18/07/2018 (FR1856651, WO2020016308A1)

Contacts :

Maximilian Richly / Président et co-fondateur de Lumedix / contact@lumedix.com

Antigoni Alexandrou / Chercheuse au Laboratoire d'optique et biosciences et co-fondatrice de Lumedix / antigoni.alexandrou@polytechnique.edu

Cédric Bouzigues / Chercheur au Laboratoire d'optique et biosciences et co-fondateur de Lumedix / cedric.bouzigues@polytechnique.edu

Thierry Gacoin / Chercheur au Laboratoire de physique de la matière condensée / thierry.gacoin@polytechnique.edu