CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Brevets et licences

Des ondes acoustiques pour faire glisser les liquides sur une surface

Des chercheurs de l'Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie1 ont développé un dispositif de génération d'ondes acoustiques qui facilite le glissement d'un liquide à la surface d'un matériau. Un projet de maturation, soutenu par la Satt Nord, a été lancé en coopération avec un industriel du secteur automobile.

illustration

La présence de gouttes peut fortement perturber le fonctionnement de dispositifs optiques. Éviter leur déposition est donc un enjeu majeur dans de nombreux secteurs industriels. C'est pourquoi plusieurs technologies ont été expérimentées pour rendre un matériau superhydrophobe, notamment en créant à sa surface des micro ou nanostructures qui empêchent l'eau d'y adhérer. Mais ces techniques manquent de robustesse et sont difficiles à mettre en pratique. En effet les surfaces hydrophobes classiques perdent de leur efficacité lorsqu’elles se polluent et certaines micro-structurations sont incompatibles avec les dispositifs optiques.

Des chercheurs de l'Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie, qui travaillent sur l'utilisation des ondes acoustiques pour manipuler des fluides, proposent une autre solution. Ils ont développé un procédé actif breveté2 qui favorise le glissement des gouttes en générant des ondes acoustiques à la surface du matériau. En effet, l'onde acoustique crée une déformation des gouttes qui réduit leur accrochage à la surface et facilite leur déplacement par simple gravité. L'avantage du procédé est que le niveau de vibration peut être adapté à l’état de surface, ce qui le rend moins sensible aux pollutions et irrégularités du matériau.

La technologie mise au point par les chercheurs est fondée sur l'utilisation de transducteurs IDT (Interdigital transducer), dont la fonction est de convertir des signaux électriques en ondes acoustiques de surface. Cette technologie, déjà utilisée dans les télécommunications, est facilement intégrable dans des dispositifs miniaturisés.

Soutenue par la Satt Nord, l'équipe de chercheurs a lancé le programme Glissactif, en lien avec un industriel du secteur automobile intéressé par le procédé. Une première phase de six mois a permis de tester différents matériaux, différents liquides et de sélectionner les modes de génération d'ondes acoustiques de surface pertinents pour cette application. Le projet vient d’entrer dans une phase de maturation visant une application spécifique. Il doit déboucher sur un démonstrateur, en vue d'une possible pré-industrialisation du procédé.

 

1 Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie (CNRS/Université de Lille/Université Polytechnique Hauts-de-France/Centrale Lille)

2 Brevet « Procédé pour favoriser le glissement d'au moins une goutte sur un support », en copropriété CNRS/Université de Lille/ Centrale Lille, déposé le 09/12/2015 et étendu (WO2017097769) le 15/06/2017

Contact :

Michaël Baudoin / Chercheur à l'Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie / michael.baudoin@univ-lille.fr