CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Start-up

Dix start-up du CNRS distinguées par le programme French Tech Next 40/120

Lancé en 2019 par le président de la République, le programme d’accompagnement French Tech Next 40/120 encourage l’émergence de leaders technologiques de rang mondial, en les faisant bénéficier d’un accompagnement renforcé de l’État1.

illustration

Les 120 start-up de la promotion 20212, présentées récemment par le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, emploient près de 37 500 personnes dont 26 000 en France, chiffre supérieur à celui de l’année dernière (17 700). En 2020, elles ont créé 10 000 nouveaux emplois. Leurs chiffres d’affaires cumulés est de 8,85 milliards d'euros pour 2019, soit une augmentation de 55 % depuis 2017. Les 120 start-up de la nouvelle promotion ont levé 3 milliards d'euros à elles seules (soit plus de la moitié des levées de fonds de l’année).

Les start-up ayant une dimension industrielle sont le premier secteur représenté (27 %) suivi par celles du secteur de la santé et celui des Fintech (15 %).

Dix start-up liées au CNRS font partie de la promotion 2021 (Next120), et deux d'entre elles s'inscrivent dans les 40 premières (Next40) :

  • Afyren issue du Laboratoire microorganismes : génome et environnement (CNRS/Université Blaise Pascal/Université d’Auvergne).  Biomolécules issues de la revalorisation de biomasse non alimentaire ;
  • Aledia, issue de l’Institut Néel (CNRS), Laboratoire des technologies de la microélectronique. Ecrans microLED ;
  • Bioserenity, (Next40) issue de l’Unité matériaux et transformations (CNRS/Université de Lille/INRAE/Centrale Lille Institut). Technologies médicales innovantes spécialisées dans les soins de santé en tant que service ;
  • Dynacure, issue de l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (CNRS/Université de Strasbourg/Inserm). Traitements des maladies neuromusculaires ;
  • Enterome, issue du Laboratoire de Mathématiques et Modélisation d'Evry (CNRS/Université Evry-Val d’Essonne). Nouveaux traitements (cancers, maladies auto-immunes, maladies inflammatoires...) basés sur la connaissance de l'interaction entre le microbiome intestinal et le système immunitaire ;
  • Enyo Pharma, issue du  Centre international de recherche en infectiologie (CNRS/Inserm/ENS Lyon/Université Claude Bernard). Molécule active contre l'hépatite B ;
  • Imcheck Therapeutics, issue du Centre de recherche en cancérologie de Marseille (CNRS/AMU/INSERM/Institut Paoli et Calmetttes). Nouvelle génération d'anticorps d'immunothérapie ;
  • Keranova, issue du Laboratoire Hubert Curien (CNRS/Université Jean Monnet). Technologie laser pour la chirurgie ophtalmique ;
  • Sparing Vision, issue de l’Institut de la vision (CNRS/Sorbonne université/INSERM). Traitements innovants contre les maladies oculaires ;
  • Ynsect (Next40), en collaboration avec le laboratoire Evolution, génomes, comportement et écologie (CNRS/Université Paris-Saclay/IRD). Élevage et transformation d’insectes en ingrédients à destination de la nutrition humaine, animale et végétale.

 

Par ailleurs, CNRS Innovation, la filiale de valorisation du CNRS, a rejoint French Tech Central, un projet de la French Tech visant à rapprocher les acteurs publiques et start-up, avec un espace dédié sur le campus de start-up Station F. À cette occasion, un premier webinar animé conjointement par BPI et CNRS Innovation a été organisé en fin d’année 2020. CNRS Innovation assure également des permanences deux fois par mois auprès des start-up de Station F et partenaires qui le souhaitent.

 

1 Les start-up sélectionnées bénéficient de :

  • L’accès à un réseau de plus de 60 « correspondants French Tech » au sein de l’État, chargés de répondre aux besoins des start-up, qu’ils soient d’ordre financier, administratif, fiscal ou réglementaire ;
  • Une mise en avant du Gouvernement ainsi que la possibilité de participer à des délégations officielles à l’étranger. La marque French Tech Next 40/120 est un gage d’excellence au sein de l’écosystème et cela permet de mettre en lumière les start-up les plus prometteuses, qu’elles soient à Paris ou en région, tous secteurs confondus.

2 Les 120 start-up lauréates doivent être en hypercroissance. Elles sont sélectionnées soit sur le montant de leurs levées de fonds, soit sur la croissance du chiffre d’affaires. Les 40 premières du classement composent le Next40 et forment, avec les 80 autres start-up retenues, le programme French Tech Next40/120. Pour renforcer le développement des écosystèmes territoriaux, il y a au moins 2 start-up par région, de même pour l’Outre-mer