CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Événements

La dynamique de création et de financement de start-up Deeptech s’accélère en France

En trois ans, le plan Deeptech a stimulé la création de nombreuses start-up et accompagné la mobilisation de l’écosystème participant à l’émergence et au soutien de la filière. Une dynamique qui va s’accélérer sous l’impulsion de France 2030.

illustration

En 2019, sous l’impulsion de l’État, Bpifrance lançait le Plan deeptech, doté de 3 milliards d’euros publics, pour faire de la France un acteur majeur de l’innovation de rupture à l’échelle internationale. Un plan articulé autour de trois axes :

  • Stimuler la création, avec un objectif annuel de 500 start-up deeptech créées à l’horizon 2030 ;
  • Accompagner la croissance et construire les leaders industriels de demain par une mobilisation massive de moyens, avec pour objectif l’émergence de 10 licornes deeptech d’ici 2025 et 100 sites industriels par an à l’horizon 2030 ;
  • Dynamiser les écosystèmes d’innovation sur les territoires et par filière.

La dynamique enclenchée est encourageante : 2021 est une année record en termes d’investissements, avec plus de 2,3 Md€ levés par les start-up deeptech (+ 90 % vs 2020), et en termes d’émergence, avec la création de 250 start-up deeptech, dont plusieurs dizaines issues des laboratoires sous tutelle du CNRS. Une accélération qui va se poursuivre, notamment grâce aux moyens alloués à la deeptech par l’État dans le cadre du programme France 2030.

Pour accompagner cette mobilisation, l’écosystème de l’innovation qui entoure les laboratoires publics de recherche joue un rôle central, notamment au plan régional avec les pôles universitaires, les SATT et les incubateurs, mais aussi le CNRS et les autres organismes nationaux de recherche. Selon le baromètre PhDTalent / Bpifrance, un changement culturel important est à l’œuvre avec désormais plus de 4 chercheurs sur 10 qui souhaitent entreprendre et 7 encadrants sur 10 qui souhaitent plus d’incitation de la part des institutions.

La structuration du marché de la deeptech en France se manifeste également concrètement dans l’économie avec l’émergence d’acteurs de premier plan : les entreprises deeptech représentent près d’un quart du Next40, parmi lesquelles on compte 3 start-up issues des laboratoires sous tutelle du CNRS : DNAScript, Aledia et Bioserenity. Les start-up deeptech représentent aujourd’hui 24 000 emplois directs.