CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Événements

22 start-up adossées au CNRS sélectionnées pour l'Event Tech Tour France Transfer Invest

À l'occasion de l'Event Tech Tour France Transfer Invest, des start-up du numérique, de la médecine, des biotechnologies et de l'environnement, présenteront leur projet à des fonds d’investissement européens.

illustration

Sur les 41 projets et start-up sélectionnés pour participer à l'Event Tech Tour France Transfer Invest, les 11 et 12 mai 2022, plus de la moitié sont issus ou adossés au CNRS.

Start-up et projets accompagnés dans le programme RISE et présentés par CNRS Innovation qui participeront à l'Event tech tour France transfer invest :

  • Beams, issu du Laboratoire de physique des 2 infinis - Irène Joliot-Curie1, développe un nouveau système de détection radio-isotopique capable de renforcer la qualité du geste opératoire au cours d’une opération d’exérèse en permettant au chirurgien de définir plus précisément, et en temps réel, les marges de la résection tumorale ;
  • HawAI.tech,  issue de l’Institut des systèmes intelligents et de robotique2, du Centre de nanosciences et de nanotechnologies3 et du Laboratoire d'informatique de Grenoble4, propose du matériel hardware permettant d’augmenter les capacités de l’intelligence artificielle probabiliste ;
  • Hopcast, issue du LiP65, promeut l’internet de proximité en opérant des communications directes entre clients pour la distribution de contenu sur l’internet mobile ;
  • Imescia, issue de l’Institut Galien Paris-Saclay6, propose des promédicaments polymères en modifiant chimiquement des principes actifs anti-tumoraux, ce qui permet une amélioration de leur efficacité ;
  • Manitty, issu du Centre de recherche en cancérologie de Lyon7, développe un dispositif de mesure et d’enregistrement des paramètres physiologiques, comportementaux et cérébraux sur un animal en mobilité, libre de ses mouvements, permettant l’interprétation de l’état dans lequel se trouve l’animal – sommeil, éveil, rêve, activité, stress, etc. – grâce à un dispositif autonome, portable et multimodal ;
  • OPGS, issu de l’Institut de chimie et procédés pour l'énergie, l'environnement et la santé8, conçoit des contre-mesures médicales dites d'urgence pour traiter et sauver la vie des personnes intoxiquées par les neurotoxiques organophosphorés ;
  • Planexus, issu de l’Institut d'électronique et des technologies du numérique9, propose une nouvelle solution de terminaux Satcom à une seule antenne, avec un encombrement et des coûts réduits, ainsi qu’un niveau de performances dépassant les limites actuelles de l’état de l’art ;
  • SAS Flynaero, issue du laboratoire Systèmes et applications des technologies de l'information et de l'énergie10, développe des logiciels basés sur une méthode de modélisation semi analytique appliquée à la mécanique des fluides pour la conception, modélisation et simulation dans le domaine aéronautique ;
  • WeLinQ, issue du Laboratoire Kastler Brossel11 et du LiP65, conçoit des processeurs quantiques interconnectables pour le calcul quantique.

Start-up issues ou adossées au CNRS présentées par d’autres organismes de transfert de technologie :

  • 3Deus Dynamics exploite le procédé de fabrication additive mis au point par l'Institut de chimie et biochimie moléculaires et supramoléculaires12, qui combine les avantages de l'impression 3D et du moulage par injection ;
  • Amineo, issue de Toulouse Biotechnology Institute, Bio & Chemical Engineering13, du Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes14, et de l'Unité de mathématiques et informatique appliquées de Toulouse (Inrae), développe un outil de conception de protéines via la modélisation et l’analyse/optimisation informatique, avec des techniques de l’intelligence artificielle et de la robotique ;
  • Grapheal, start-up issue de l'Institut Néel15, développe un test covid numérique ultra rapide ;
  • Hawkcell, issue du laboratoire Ampère16, propose des services d’imagerie par IRM révolutionnant le diagnostic chez l’animal et la recherche préclinique. Des protocoles d’imagerie optimisés jusqu’à la quantification des images, en passant par les capteurs IRM, l’intégralité de la chaîne d’acquisition a été repensée pour répondre aux besoins de la médecine vétérinaire et de la recherche ;
  • Heliosand, issue du laboratoire Sols, solides, structures, risques17, ambitionne de résoudre le problème de l’épuisement de la ressource mondiale en sable de construction. Elle propose une approche innovante pour la valorisation de fines particules telles que le sable de désert ou les déchets industriels minéraux ;
  • Hummink, issue du Laboratoire de physique de l'ENS18, développe une technologie brevetée unique qui combine un ''stylo'' nanométrique avec un macrorésonateur oscillant pour réaliser la déposition directe de n'importe quelle encre sur n'importe quel substrat ;
  • Inorevia, issue du laboratoire Physico-chimie Curie19, développe une nouvelle génération de microtechnologies et de systèmes microfluidiques pour l’analyse biochimique ;
  • La tannerie végétale, issue du laboratoire Ingénierie des matériaux polymères20, développe la seule alternative aux similis et cuirs, végétale et recyclable, conçue et fabriquée en France via un procédé industriel responsable ;
  • MagIA Diagnostics, grâce à sa technologie développée au Laboratoire de génie électrique de Grenoble21, alliant nanoparticules magnétiques et micro-aimants intégrés dans sa cartouche, crée un test qui détecte jusqu’à trois molécules simultanément en quinze minutes à partir d’une simple goutte de sang ;
  • Roca Therapeutics, issue de l'Institut de recherche sur le cancer et le vieillissement, Nice22, développe des médicaments contre le mélanome uvéal ;
  • Sysark, issue du Centre de recherche en automatique de Nancy23, propose des dispositifs innovants pour la médecine nucléaire ;
  • Vulkam, issue du laboratoire Sciences et ingénierie, matériaux, procédés24, commercialise une gamme d'alliages métalliques amorphes ;
  • Wormsensing, issue du laboratoire Spintronique et technologie des composants25, développe des capteurs de vibrations ultra sensibles pour le contrôle de structures, les interfaces tactiles, et le médical.

 

1 CNRS/Université Paris-Saclay

2 CNRS/Sorbonne Université

3 CNRS/Université Paris-Saclay

4 CNRS/Université Grenoble Alpes

5 CNRS/Sorbonne université

6 CNRS/Université Paris-Saclay

7 CNRS/Inserm/Université Claude Bernard Lyon 1/Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard

8 CNRS/Université de Strasbourg

9 CNRS/Centrale-Supélec/Nantes Université/Université de Rennes 1

10 CNRS/École Normale Supérieure de Paris-Saclay/CNAM/Université Paris-Saclay/Cergy-Paris Université

11 CNRS/ENS/Sorbonne Université/Collège de France

12 CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1

13 CNRS/Inrae/INSA

14 CNRS

15 CNRS

16 CNRS/École Centrale de Lyon/Insa Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1

17 CNRS/Université Grenoble Alpes

18 CNRS/École normale supérieure/Sorbonne Université/Université Paris Cité

19 CNRS/Institut Curie/Sorbonne Université

20 CNRS/InsaLyon/Université Claude Bernard Lyon 1/Université Jean Monnet

21 CNRS/Université Grenoble Alpes

22 CNRS/Inserm/Université Côte d'Azur

23 CNRS/Université de Lorraine

24 CNRS/Université Grenoble Alpes

25 CNRS/CEA/Université Grenoble Alpes