Portrait de Pierre Joliot
© Phillip Martin / Pariscience

Pierre JoliotBiophysicien

CNRS gold medal

Il a deux ans quand ses parents découvrent, en 1934, la radioactivité artificielle. Pierre Joliot, fils et petit-fils de quatre prix Nobel, apporte à son tour sa pierre à la recherche, en biologie des plantes.

Après des études à la faculté des sciences de Paris, il travaille sur la photosynthèse à l’Institut de biologie physico-chimique de Paris (IBPC). Le biophysicien qui étudie « le mécanisme de décomposition de l’eau et la formation d’oxygène », entre au CNRS en 1954 où il dirigera une équipe de chercheurs sur la photosynthèse. Il en devient un spécialiste éminent après avoir montré, à la fin des années 1960, « qu’il faut que quatre électrons soient successivement arrachés de la molécule d’eau par les photons pour qu’une molécule d’oxygène soit émise », comme il l’explique dans un document de l’IBPC.

Il entre à la National Academy of Science américaine en 1979 et à l’Académie des sciences en 1982. Titulaire de la chaire de bioénergétique cellulaire au Collège de France il y enseigne de 1981 à 2002. Dans « La recherche passionnément », un essai paru en 2001, il plaide pour la liberté et la créativité des chercheurs.