© J. Prat

Alexandra LanglaisChercheuse CNRS en droit de l’environnement

CNRS bronze medal

Les écosystèmes tels que les forêts ou les récifs coralliens peuvent apporter de nombreux bénéfices au bien-être humain en termes notamment de régulation du climat, de qualité de l’air, d’apport de nourriture, de bois ou encore d’accès à des lieux de loisir. Ces bénéfices, dits services écosystémiques, font actuellement l’objet d’une évaluation monétaire. Porter un regard juridique sur cette approche est l’un des enjeux des recherches d’Alexandra Langlais.

Après une thèse de doctorat sur le statut des déchets agricoles, cette chercheuse en droit de l’environnement, recrutée en 2008 par le CNRS, entre à l’Institut de l’Ouest : Droit et Europe et y développe des thèmes croisant les risques environnementaux et l’agriculture. Elle s’intéresse aujourd’hui à la biodiversité, aux services écosystémiques et tout particulièrement aux paiements pour services environnementaux. Elle analyse la manière dont ces notions récentes sont et peuvent être accueillies par le droit. Forte d’une expertise bien reconnue sur ces sujets, elle est souvent sollicitée par des preneurs de décision.

Chercheuse CNRS