Covid-19 : analyse de la sensibilité du variant Delta aux anticorps monoclonaux et au serum de personnes ayant été infectées ou vaccinées

Biologie
Santé

Le variant Delta a été détecté pour la première fois au Inde en octobre 2020 et a depuis diffusé sur toute la planète. Le variant Delta est maintenant prédominant dans de nombreux pays ou régions (Inde, Angleterre, Portugal, Russie…) et il est estimé qu’il sera majoritaire dans toute l’Europe d’ici quelques semaines à quelques mois. Les études épidémiologiques montrent que le variant Delta est plus transmissible que les autres variants. Des chercheurs de l’Institut Pasteur (unité mixte CNRS) en collaboration avec l’Hôpital européen Georges Pompidou AP-HP, le CHR d’Orléans et le CHU de Strasbourg ont étudié la sensibilité du variant Delta aux anticorps monoclonaux utilisés en clinique pour prévenir les formes graves de la maladie chez les personnes à risque, ainsi qu’aux anticorps neutralisants présents dans les sérums de personnes précédemment infectées par le SARS-CoV-2 ou vaccinées. Ils ont comparé cette sensibilité avec celle du virus circulant précédemment en France (appelé variant Alpha, ou anglais) ainsi qu’au variant dit Sud African (Variant Beta). L’étude a fait l’objet d’une prépublication sur le site de bioRxiv le 28 mai 2021, et d’une publication dans Nature le 8 juillet 2021.

Reduced sensitivity of SARS-CoV-2 variant Delta to antibody neutralization. Planas et al. Nature, le 8 juillet 2021 https://doi.org/10.1038/s41586-021-03777-9

 

Contact

Héloïse Rakovski
Service de presse - Institut Pasteur
Aurélie Perthuison
Service de presse - Institut Pasteur
CNRS - Bureau de Presse