#
© Paul Devienne, Laboratoire d'éthologie expérimentale et comparée de l'Université Sorbonne Paris Nord

Des fourmis « renifleuses » de cancers

Biologie
Environnement

La détection des cancers est un enjeu majeur de santé publique, mais les méthodes disponibles actuellement, par exemple les IRM ou les mammographies, sont souvent chères et invasives, ce qui limite leur utilisation à grande échelle. Des méthodes alternatives comme l’utilisation de l’odorat animal sont à l’étude pour dépasser ces contraintes. Une équipe regroupant des scientifiques du CNRS, de l’Université Sorbonne Paris Nord, de l’Institut Curie et de l’Inserm1 a mis en évidence les performances d’une espèce de fourmis, Formica fusca, dans ce domaine. Après un apprentissage de quelques minutes, ces insectes, qui utilisent l’olfaction pour leurs tâches quotidiennes, sont parvenus à différencier des cellules humaines saines de cellules humaines cancéreuses. En analysant les composés émis par les différentes cellules, les scientifiques ont démontré que chaque lignée cellulaire avait bien sa propre odeur qui pouvait être utilisée par les fourmis pour les détecter. L’efficacité de cette méthode doit être évaluée grâce à des tests cliniques sur un organisme humain complet ; mais cette première étude montre le potentiel élevé des fourmis, capables d’apprendre très rapidement, à un moindre coût, tout en étant efficaces. Ces résultats sont à découvrir dans la revue iScience.

 

#
Formica fusca © Paul Devienne, Laboratoire d'éthologie expérimentale et comparée de l'Université Sorbonne Paris Nord
#
Formica fusca © Paul Devienne, Laboratoire d'éthologie expérimentale et comparée de l'Université Sorbonne Paris Nord

 

  • 1au Laboratoire d'éthologie expérimentale et comparée de l'Université Sorbonne Paris Nord, au laboratoire Cancer, hétérogénéité, instabilité et plasticité (Inserm/Institut Curie), au laboratoire Stress and Cancer Laboratory de l’Institut Curie, et au laboratoire Évolution, génomes, comportement et écologie (CNRS/IRD/Université Paris-Saclay)
Bibliographie

Ants detect cancer cells through volatile organic compounds. Piqueret, B., Bourachot, B., Leroy, C., Devienne, P., Mechta-Grigoriou, F.,d’Ettorre, P., Sandoz, J.-C., iSCIENCE
(2022), doi: https://www.cell.com/iscience/fulltext/S2589-0042(22)00229-2

 

Contact

Baptiste Piqueret
Chercheur UPSN
Jean-Christophe Sandoz
Chercheur CNRS
Patrizia d’Ettorre
Chercheuse USPN
Alexiane Agullo
Attachée de presse CNRS