Ecologie : la littérature scientifique est dominée par les hommes et une poignée de pays

Environnement

Publier dans une revue scientifique à comité de lecture est crucial pour l’évolution de la carrière des chercheurs et chercheuses. Les scientifiques qui publient le plus et dans les journaux les plus prestigieux accèdent généralement à une plus grande notoriété mais aussi à de plus hautes responsabilités. Or, une équipe impliquant deux chercheurs du CNRS1 vient de montrer que les articles scientifiques dans les domaines de l’écologie et de la biologie de la conservation sont très majoritairement signés par des hommes travaillant dans quelques pays occidentaux. Ainsi, ils représentent 90 % des 1051 auteurs et autrices qui ont le plus abondamment publié au sein des 13 plus grandes revues scientifiques de leur domaine depuis 1945. Parmi ces hommes, les trois quarts sont affiliés à des institutions de seulement cinq pays (Etats-Unis, Canada, Australie, Royaume-Uni et Allemagne). Des signes d’amélioration peuvent toutefois être soulignés : les femmes font de plus en plus partie des auteurs qui publient le plus, elles représentent 18 % des signataires les plus jeunes alors qu’elles ne représentent que 3 % des signataires les plus âgés. La diversité géographique du pays de travail des auteurs et autrices a augmenté aussi sensiblement de 15 % depuis 1980. Publiée dans Conservation Letters le 2 mars 2021, cette étude appelle à lutter contre les processus de discrimination engendrés par le système de publication en proposant des mesures concrètes pour enrayer cette surreprésentation des hommes et des pays occidentaux.

  • 1. Laurent Godet du laboratoire Littoral, environnement, géomatique, télédétection (CNRS/EPHE/Université de Bretagne occidentale/Université de Caen Normandie/Université d'Angers/Université de Nantes) et Vincent Devictor de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (CNRS/IRD/EPHE/Université de Montpellier).
Bibliographie

Women and Global South strikingly under-represented among top-publishing ecologists. Bea Maas, Robin J Pakeman, Laurent Godet, Linnea Smith, Vincent Devictor et Richard Primack. Conservation Letters, le 2 mars 2021.

Contact

Laurent Godet
Chercheur CNRS
Vincent Devictor
Chercheur CNRS
François Maginiot
Attaché de presse CNRS