Etudier les toiles du passé pour comprendre le vieillissement des éco-matériaux du futur

Ingénierie

La conception de nouveaux éco-matériaux à partir de sources organiques renouvelables, comme le lin, pose la question de leur vieillissement et de leur durabilité dans le temps. Pour y répondre une équipe d’INRAE, de l’université Bretagne-Sud, du CNRS1, de l’université de Montpellier, du synchrotron SOLEIL, de l’université de Camerino (Italie) et du laboratoire de résonance magnétique « Capitani-Segre » du CNR (Italie), a étudié les fibres de lin issues des toiles de quatre tableaux italiens datés entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Leurs résultats, publiés le 7 novembre dans Journal of Cultural Heritage, montrent que les changements environnementaux (température, taux d’humidité) mais aussi certains traitements de conservation qu’ont pu subir les tableaux au cours des siècles, ont dégradé les fibres de lin. Ces résultats permettent de mieux comprendre le comportement que pourraient avoir les fibres dans les écomatériaux mais donnent également de précieuses informations pour la préservation et la conservation d’objets historiques.

  • 1. Les laboratoires CNRS impliqués sont l’Institut de recherche Henry Dupuy de Lôme (CNRS/Université de Bretagne-Sud/Université de Bretagne Occidentale/Ecole nationale supérieure de techniques avancées Bretagne) et le Laboratoire de mécanique et génie civil (CNRS/Université de Montpellier)
Bibliographie

Chemical, morphological and mechanical study of the ageing of textile flax fibres from 17th/18th-century paintings on canvas. Alessia Melelli, Graziella Roselli, Noemi Proietti, Alain Bourmaud, Olivier Arnould, Frédéric Jamme, Johnny Beaugrand, Alice Migliori, Giuseppe Di Girolami, Paolo Cinaglia et Carlo Santulli. Journal of Cultural Heritage, le 7 novembre 2021. https://doi.org/10.1016/j.culher.2021.10.003

Contact

Johnny Beaugrand
Chercheur INRAE
Service de presse INRAE
CNRS - Bureau de Presse