La canicule de juillet aurait été quasi-improbable dans un climat non modifié par l’homme

Terre

Le changement climatique d'origine anthropique a augmenté de manière significative l'intensité et la probabilité d'occurrence de l'épisode caniculaire extrême que la France et l'Europe de l'ouest ont connu fin juillet. Le groupe de recherche World Weather Attribution auquel ont participé des chercheurs et climatologues de Météo-France, du CEA et du CNRS vient de rendre ses conclusions.

Bibliographie

Contact

Robert Vautard
Directeur de recherche CNRS
Anne Orliac
Presse Météo France
François Legrand
attaché de presse au CEA
CNRS - Bureau de Presse