La protéine YAP, impliquée dans les infections au staphylocoque doré, ouvre la voie à de nouvelles stratégies thérapeutiques

Biologie
Santé

Le staphylocoque doré est un redoutable pathogène chez l’homme puisqu’il colonise la peau et les muqueuses d’environ un tiers de la population. Cette bactérie est très fréquemment responsable d’infections associées aux soins et cause des dizaines de milliers de décès chaque année. Dans un article publié dans Nature Communications, des chercheurs de l’Université Jean Monnet Saint-Étienne du GIMAP et des scientifiques de StaPath - deux équipes du Centre international de recherche en infectiologie (CIRI, INSERM/CNRS/ENS de Lyon/Université Lyon 1) - associés au laboratoire SAINBIOSE (UJM/Mines Saint-Étienne/INSERM), ont mis en évidence pour la première fois un rôle antibactérien de la protéine « Yes-Associated Protein » (YAP) contre le staphylocoque doré.

Bibliographie

YAP promotes cell-autonomous immune responses to tackle intracellular Staphylococcus aureus in vitro
Robin Caire, Estelle Audoux, Mireille Thomas, Elisa Dalix, Aurélien Peyron, Killian Rodriguez, Nicola Pordone, Johann Guillemot, Yann Dickerscheit, Hubert Marotte, François Vandenesch, Frédéric Laurent, Jérôme Josse & Paul O. Verhoeven
Nature Communications, 16 novembre 2022.
https://doi.org/10.1038/s41467-022-34432-0

Contact

Paul Verhoeven
Enseignant-chercheur Université Jean Monnet Saint-Étienne
Robin Caire
Post-doctorant Université de Padoue (Italie)
Sonia Cabrita
Relations presse Université Jean Monnet Saint-Étienne
CNRS - Bureau de Presse