Les activités humaines : principales causes de l'érosion des sols alpins italiens

Environnement
Sciences humaines et sociales
Terre

Des scientifiques de l’Université Savoie Mont Blanc (USMB), de l’Université Grenoble Alpes (UGA), de l’Université de Rouen Normandie (URN), du CNRS et de l’Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP)1 montrent pour la première fois que les activités humaines sont le principal facteur d’érosion des sols dans les Alpes italiennes au cours des deux derniers millénaires. Le développement de l’agriculture et du pastoralisme ayant entrainé une augmentation par deux les taux d’érosion. Cette étude a été publiée le 15 septembre 2021 dans Quaternary Science Reviews.

  • 1. Les unités de recherche impliquées sont Environnement, dynamique et territoires de la montagne (EDYTEM, USMB/CNRS), l’UMR-Institut de physique du globe de Paris (IPGP-UMR, CNRS/IPGP) et Identité et différenciation de l'espace, de l'environnement et des sociétés (IDEES, Université Rouen Normandie/CNRS/Université Le Havre Normandie/Université Caen Normandie).
Bibliographie

Quantitative evaluation of human and climate forcing on erosion in the alpine Critical Zone over the last 2000 years
William Rapuc, Julien Bouchez, Pierre Sabatier, Kim Genuite, Jérôme Poulenard, Jérôme Gaillardet and Fabien Arnaud
15 septembre 2021, Quaternacy Science Reviews

Contact

William Rapuc
Chercheur USMB
Véra Isaac
Directrice de la communication de l’USMB
Samira Techer
Assistante presse CNRS