©CNRS – Délégation Paris-Centre

Sepideh ParsapajouhChercheuse en anthropologie

Médaille de bronze du CNRS

​​​​​​Chercheuse en anthropologie au Centre d’études en sciences sociales du religieux1, spécialiste des faits religieux au sein du chiisme duodécimain.

" À l'âge de 17 ans, quand j'ai mis le pied pour la première fois comme photographe dans un bidonville iranien à la sinistre réputation, j'ai d'abord été captivée par la concorde et l’art de vivre qui y régnaient, malgré la pauvreté. J'ai compris que le bonheur et la misère, le bien et le mal, sont des notions relatives ; il suffit de passer de l'autre côté de la frontière et de regarder le monde du point de vue d'autrui pour s'en rendre compte. Ma thèse portait sur la description de cette société et l’analyse des mécanismes de solidarité fondant son ordre interne. À ma venue en France, je me suis risquée à une comparaison avec un quartier populaire parisien. Ce travail m'a convaincue de l'importance des systèmes de valeurs immatérielles dans l'équilibre d'une société. J'étudie aujourd'hui divers aspects de la religion chiite populaire, individuels et collectifs, intimes et spectaculaires, en Iran et ailleurs et en particulier les pratiques liées à la mort comme le culte des saints et des martyrs. "

  • 1. CNRS/EHESS

CV

  • 2003-2006 : Chargée de cours aux universités de Kharazmi et de Téhéran (Iran)
  • 2011 : Doctorat en sociologie de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Laboratoire Sophiapol) 
  • 2010-2013 : Chargée de cours de à l'université du Havre et Paris Est-Créteil
  • 2015 : Entrée au CNRS – Chargée de recherche à l'Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain2
  • 2017 : Chargée de recherche au Centre d’études en sciences sociales du religieux
  • 2. CNRS/EHESS

Sepideh Parsapajouh, chercheuse en anthropologie | Talents CNRS

Audiodescription