L’application Ikonikat disponible sur la plateforme des MOOC culturels de la Fondation Orange

CNRS

Après avoir été expérimentée au Louvre-Lens, l’application Ikonikat développée par le CNRS est désormais proposée sur la plateforme des MOOC culturels de la Fondation Orange. 

Créée et imaginée par Mathias Blanc, de l'Institut de recherches historiques du Septentrion et de la Fédération de recherche Sciences et Cultures du Visuel1, l’application ludique Ikonikat permet de désigner grâce au dessin ce qu’un public pense pertinent d’une image en évitant l’effet limitant des mots et de la parole. L’utilisateur entoure ou surligne les éléments picturaux qui lui semblent essentiels : des tracés qui permettent notamment aux chercheurs et chercheuses de savoir si l’attention d’un visiteur se porte sur les éléments considérés comme primordiaux par les experts ou si elle se concentre sur d’autres aspects des œuvres.

« Ikonikat a déjà été utilisé sur tablette lors d’expositions au Louvre-Lens et au Palais de Beaux-Arts de Lille2 », rapporte Mathias Blanc. L’objectif du chercheur est de proposer une « collection de regards sur des collections d’œuvres » car ceux-ci « font partie eux-mêmes de l’œuvre ». Selon la personne et la situation, le regard change sur des aspects picturaux, un motif ou une scène d’une œuvre d’art. L’objectif d’Ikonikat est de proposer au public de se réapproprier le regard qu’il porte sur les œuvres.

Du Louvre-Lens à la plateforme des MOOC culturels de la Fondation Orange

Depuis le 8 novembre, l’activité est dorénavant disponible sur la plateforme des MOOC culturels de la Fondation Orange permettant à l’application d’atteindre un public encore plus large, la plateforme comptant plus de 250 000 inscrits.

Le chercheur Mathias Blanc et Pimenko, l’agence de production eLearning qui intervient dans la production des MOOC3 et développe la plateforme de la Fondation Orange, ont fait évoluer l’outil pour l’adapter à l’expérience d’un internaute. Un partenariat soutenu par CNRS Innovation dans le cadre du programme de prématuration du CNRS qui accompagne et soutient financièrement le développement de projets innovants vers l’industrie.

« Dès le départ, j’ai constaté que les trois partenaires – Mathias Blanc, la Fondation Orange et Pimenko – partageaient la même ambition : rendre la culture accessible à ceux qui en sont éloignés et montrer que le discours académique n’est pas le seul légitime », indique Christine Vaufrey, directrice associée de Pimenko.

Le fonctionnement d’Ikonikat est simple. Le participant observe cinq œuvres proposées et indique avec le doigt sur tablette ou avec la souris sur l’ordinateur les éléments qui attirent le regard. « Nous avons beaucoup travaillé pour fluidifier l’expérience de l’internaute dans Ikonikat », explique Christine Vaufrey. Par la suite, les participants sont invités à répondre à des questions sur leurs pratiques culturelles avant de découvrir, dans un troisième temps, les éléments qui ont été majoritairement mis en avant par les autres participants.

ff
Carte de chaleur filtrée issue de l'application Ikonikat, à partir de tracés réalisés par des élèves sur le tableau de David ("Bélisaire demandant l’aumône", Palais des Beaux-Arts de Lille). Elle indique la fréquence d'apparition des tracés (en rouge : très fréquents). © IKONIKAT/CNRS Photothèque

« Pour la Fondation Orange, c’est l’opportunité de proposer une activité à caractère scientifique à notre grande communauté d’utilisateurs de la plateforme MOOC Culturels qui, j’en suis sûr, seront très intéressés par cette étude », souligne Yann Malidor, responsable de projets culturels à la Fondation Orange. Ce dernier souligne l’envie du public d’accéder à des connaissances pour améliorer sa compréhension d’une œuvre d’art, donnant en exemple le succès du MOOC ‘Analyser une peinture’.

En s’implantant sur la plateforme des MOOC culturels de la Fondation Orange, Ikonikat pourra toucher un très large public et ainsi obtenir de nombreuses données scientifiques. Par exemple, sur les différents niveaux de perception des "regards" – entre ceux au musée et ceux face à son écran –, ou encore sur l’influence des caractéristiques des publics sur les résultats. « Nous avons plusieurs hypothèses, l’objectif est de voir si elles se vérifient », dit Mathias Blanc.

« Participer à cette activité, c’est la fierté de donner votre regard et votre doigt à la science… et le plaisir d’en savoir plus sur les multiples manières de regarder un tableau », insiste Christine Vaufrey. Dans un second temps, Mathias Blanc rendra compte des résultats de l’activité aux participants à l’occasion d’un webinaire qui devrait avoir lieu au début de l’année prochaine.

Pour participer : https://mooc-culturels.fondationorange.com/enrol/synopsis/index.php?id=328

 
  • 1. CNRS/Université de Lille.
  • 2. Ikonikat a été utilisé au Palais des Beaux-Arts de Lille en 2016 par un groupe scolaire, et entre 2017 et 2019 à de multiples reprises au Louvre-Lens.
  • 3. Massive Open Online Course. Un Mooc est en cours en ligne ouvert à un grand nombre de participants.