© CNRS Photothèque

Antoine Aiello

Médaille de l’innovation du CNRS

L’ingénierie écologique au service de la mer
« Je suis guidé par une vision du monde où l’exploitation raisonnée des ressources naturelles, accompagnée par l’innovation scientifique, s’articule de manière harmonieuse avec les spécificités environnementales, sociales et culturelles d’un territoire », explique Antoine Aiello. Cette vision est à l’origine de la plateforme Stella mare1, dédiée à l’ingénierie écologique marine et littorale, dont ce chercheur, issu d’une famille de pêcheurs, spécialiste de modélisations et de simulations comportementales des systèmes complexes, est le créateur et aujourd’hui le directeur. Labellisée par le CNRS en 2011, Stella mare réunit scientifiques, professionnels de la mer, gestionnaires de l’environnement et acteurs institutionnels dans le but de parvenir à une gestion intégrée des ressources halieutiques. Il s’agit de maîtriser la reproduction et l’élevage d’espèces « ingénieures » remarquables d’un point de vue écologique et/ou socio-économique. Un exemple, l’huître plate, une espèce que les ostréiculteurs corses ne parvenaient pas à cultiver. 500 000 individus sont désormais en culture dans l’étang de Diana, et il est prévu de passer à 4 millions l’année prochaine. Ces huitres ont aussi été installées dans le port de Bastia et les scientifiques ont démontré qu’elles pouvaient « bio-épurer » l’équivalent du volume d’eau du port en une semaine. Maintien des stocks, restauration écologique ou encore exploitation de services écosystémiques, Stella mare passe par des chemins de valorisation originaux, avec la vocation de diffuser, bien au-delà de « l’île de beauté », la création d’une bioéconomie bleue.

  • 1. CNRS / Université de Corse Pasquale-Paoli

Audiodescription