© CNRS-DR7/ Hélène Curvat

Charlotte RivièreEnseignante-chercheuse en biophysique

Médaille de bronze du CNRS

Enseignante-chercheuse à l’interface entre la physique, la biologie cellulaire et la microfluidique appliquée au cancer, au sein de l’équipe Biophysique de l’Institut lumière matière1 .
 

" Depuis mon doctorat, je suis fascinée par la façon dont les cellules se déplacent, s’auto-organisent, interagissent avec leurs voisines et s’adaptent à leur environnement. Afin de mieux les comprendre, j’analyse le comportement de cellules vivantes dans des systèmes microfluidiques, qui me permettent de contrôler les stimuli imposés et de suivre la réponse des cellules au cours du temps. Ces projets fortement interdisciplinaires combinent biophysique, biologie cellulaire, microfabrication, microscopie et analyse d’images. Depuis quelques années, j’applique mon expertise à la recherche sur le cancer. Je tente de répondre à des questions aussi bien fondamentales, en mécanobiologie, que plus appliquées, visant à développer de nouveaux outils de diagnostic in vitro."

  • 1CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1

CV

  • 2005 : Doctorat en biophysique à l’université Pierre et Marie Curie (devenue Sorbonne Université) 
  • 2005-2006 : Ingénieure de recherche au sein de la start-up Nano-h à Lyon 
  • 2006 : Entrée à l’université Claude Bernard Lyon 1 au sein du laboratoire de Physique de la matière condensée et nanostructure2 (devenu l'Institut lumière matière)
  • 2018 : Habilitation à diriger des recherches de l’université Claude Bernard Lyon 1
  • 2019 :  Membre junior à l’Institut universitaire de France
  • 2CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1.