Infrastructures de recherche en écologie expérimentale

Cristal collectif du CNRS
De gauche à droite : Simon Chollet, Élodie Courtois, Beatriz Decencière, Benoît Espiau, Olivier Guillaume, Lucie Liger, Olivier Ravel.

Lauréats

  • 1. CNRS/ENS Paris
  • 2. CNRS/Université de Guyane/Ifremer
  • 3. CNRS/ENS Paris
  • 4. CNRS/Université de Perpignan-Via Domitia/EPHE
  • 5. CNRS/Université Toulouse III - Paul Sabatier
  • 6. CNRS/Université Grenoble Alpes
  • 7. CNRS

Les stations d’écologie expérimentale, à travers des dispositifs et des outils innovants, offrent des conditions d’étude uniques des écosystèmes. L’équipe Infrastructures de recherche en écologie expérimentale participe au développement d’une recherche d’avant-garde en écologie globale sur la compréhension des écosystèmes et de leur réponse aux variations environnementales.

Observer, expérimenter, modéliser le passé et le présent afin de comprendre le fonctionnement des écosystèmes et en prédire l’évolution, telle est l’ambition des stations d’écologie expérimentale, réparties sur l’ensemble du territoire. Par leur investissement, individuel et collectif, les membres de l’équipe Infrastructures de recherche en écologie expérimentale, composée des responsables de ces plateformes, travaillent au développement et à la coordination d’une large gamme d’équipements de recherche et de protocoles expérimentaux ouverts à la communauté nationale et internationale, à l’image des Ecotrons ou des Métatrons terrestre et aquatique. Les stations permettent l’acquisition de connaissances générales et pluridisciplinaires sur l'étude du lien entre la dynamique, l'évolution et le fonctionnement des écosystèmes et de la biodiversité. Elles s’appuient ainsi sur des cellules de conditionnement sophistiquées, qui permettent la manipulation d’écosystèmes semi-naturels, aquatiques et terrestres, ou sur la surveillance à long terme des écosystèmes naturels. Grâce à la complémentarité et au savoir-faire unique de l’équipe en matière d’écologie et d’ingénierie expérimentale, de grands projets de recherche ont pu voir le jour, comme ceux sur les impacts de la fragmentation des écosystèmes ou l’analyse de la biodiversité du sol à la canopée. Ces dispositifs expérimentaux sont intégrés à l’infrastructure de recherche AnaEE-France (Analyse et expérimentation sur les écosystèmes), seule infrastructure en France entièrement dédiée à l’étude des écosystèmes continentaux.