©Patrick Imbert

Marie-Hélène VerlhacChercheuse en biologie cellulaire

Médaille d’argent du CNRS

Directrice du Centre interdisciplinaire de recherche en biologie1 et spécialiste des étapes ultimes du développement ovocytaire.


" Mon goût pour la biologie cellulaire du développement s’est manifesté lors de mon DEA et j’ai été séduite, au cours de ma thèse, par la beauté intrinsèque du modèle ovocyte, découvrant l’étendue des questions pouvant être posées à l’échelle de la cellule unique. Mon parcours scientifique est marqué par l’étude du monde vivant à cette échelle, via des approches combinant génétique, suivi in vivo et études biophysiques. Le cœur de mes travaux : comprendre comment, grâce à deux divisions cellulaires originales et très asymétriques en taille, les ovocytes préservent leurs précieuses réserves, accumulées lors de leur croissance dans les ovaires, leur donnant la capacité de se transformer en embryons viables après fécondation. Mes recherches ont été pionnières dans l’étude des mécanismes originaux contrôlant la formation et le positionnement des fuseaux méiotiques d’ovocytes de souris, indispensables à la qualité gamétique." 

  • 1 . CNRS/Collège de France/Inserm

CV

  • 1995 : Doctorat en biologie moléculaire et cellulaire du développement à l’université Pierre et Marie Curie, devenue Sorbonne Université (Institut Jacques Monod2)
  • 1995-1997 : Stage postdoctoral à l’université de Californie (États-Unis),avec le professeur Rik Derynck
  • 2002  :  Chef d’équipe au Laboratoire de biologie du développement3
  • 2018  :  Nommée membre de l'Organisation européenne de biologie moléculaire 
  • 2019  :  Prix Albert Brachet d’embryologie de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique.
  • 2. CNRS/Université de Paris