©Laurent Ardhuin_CNRS

Philippe DillmannChercheur en archéomatériaux

Médaille d’argent du CNRS

Directeur de recherche à l’Institut de recherche sur les archéomatériaux1, responsable du Laboratoire archéomatériaux et prévision de l’altération au CEA, spécialiste de la chimie et de l’histoire des métaux archéologiques.

" J’ai découvert lors de mes études d’ingénieur que la matière des métaux archéologiques pouvait être analysée à l’échelle micro-scopique pour y trouver des informations sur leur fabrication, leur origine, leur âge et la façon dont ils se sont altérés depuis leur abandon. À mon arrivée au CNRS, j’ai monté une équipe de recherche regroupant chimistes, physiciens et archéologues pour étudier la matière archéologique par la science des matériaux. Les méthodologies innovantes d’analyse physico-chimique et statistique que nous avons développées ont permis de dater les métaux ferreux, de comprendre les réseaux d’échanges des objets dans les sociétés anciennes et l’évolution des techniques de production. Les mécanismes de corrosion des objets archéo-
logiques ont également été compris et servent même à prédire le comportement des matériaux qui seront utilisés dans les siècles futurs. "

  • 1. CNRS/ Université de technologie de Belfort-Montbéliard/Université d’Orléans/Université Bordeaux-Montaigne
  • 2. CNRS/CEA

CV

  • 1998 : Doctorat en science des matériaux de l’université de technologie de Compiègne (Laboratoire métallurgie et cultures)
  • 2003 : Entrée au CNRS - Chargé de recherche à l’Institut de recherche sur les archéomatériaux
  • 2005 : Création du Laboratoire archéomatériaux et prévision de l’altération au CEA Saclay
  • 2010 : Directeur de recherche à l’Institut de recherche sur les archéomatériaux et au service interdisciplinaire sur les systèmes moléculaires et les matériaux du CEA
  • 2019 : Chargé de mission par le CNRS pour coordonner les recherches scientifiques autour de Notre-Dame de Paris