©Franck Prugnolle

Virginie RougeronChercheuse en biologie évolutive

Médaille de bronze du CNRS

Chercheuse en biologie évolutive au laboratoire Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle1 , spécialisée dans l’étude de l’histoire évolutive et adaptative des agents pathogènes.

" Où, quand, comment et de quelle manière les pathogènes sont apparus, se sont adaptés à de nouveaux hôtes et ont évolué, sont autant de questions fascinantes dans le monde des maladies infectieuses. Mon intérêt pour ces questions s’est confirmé au cours de mes différentes expériences de recherche, au cours desquelles j’ai pu découvrir de nombreuses facettes de l’écologie évolutive des maladies infectieuses et réaliser d’enrichissantes expériences de terrain. C’est d’ailleurs en combinant ces facettes que nous avons découvert une nouvelle espèce de parasite du genre Plasmodium (agents du paludisme), chez les grands singes africains, nommée Plasmodium vivax-like. Depuis cette découverte, je développe mes projets de recherche autour de l’histoire évolutive de cet incroyable parasite. "

  • 1 . CNRS/IRD/Université de Montpellier

CV

  • 2015 : Entrée au CNRS – Chargée de recherche au laboratoire Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle
  • 2016 : Habilitation à diriger des recherches de l’université de Montpellier
  • 2017 : ANR Tremplin-ERC « Histoire évolutive et adaptative de Plasmodium vivax » ; Responsable de l’équipe Saut d’hôte, adaptation des pathogènes et émergences au laboratoire Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle
  • 2019 : Membre nommée au Conseil scientifique de l’Institut écologie et environnement
  • 2020 : Membre élue à la commission interdisciplinaire Environnements sociétés : du fondamental à l’opérationnel