CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Start-up

Une plateforme numérique pour accélérer la recherche de médicaments

La plateforme numérique d'Aqemia, start-up issue du laboratoire Processus d'activation sélectif par transfert d'énergie uni-électronique ou radiatif 1, accélère la conception de molécules actives.

illustration

Dans la recherche d'un nouveau médicament, la première étape consiste à identifier une cible thérapeutique (une protéine clé dans le mécanisme d'une maladie). Il faut ensuite sélectionner des molécules susceptibles d'être actives sur cette cible. Pour cette phase du développement, les laboratoires pharmaceutiques ont recours à l'expérimentation, mais aussi à des outils informatiques qui permettent de cribler in silico les milliers de milliards de molécules possibles. C'est sur ce créneau que s'est placée la start-up Aqemia, issue du laboratoire Processus d'activation sélectif par transfert d'énergie uni-électronique ou radiatif, avec une plateforme numérique qui s'appuie sur douze années de recherche fondamentale.

Maximilien Levesque, président et cofondateur2 d'Aqemia, chercheur durant cinq ans au pôle de physico-chimie théorique de l’ENS, a développé des théories et algorithmes pour calculer à grande vitesse et avec précision des énergies libres de liaison. L'énergie libre de liaison – aussi appelée « affinité » en R&D pharmaceutique – est un paramètre clé pour la recherche d'un médicament, car elle permet de prédire dans quelle mesure une molécule va interagir avec une cible thérapeutique. Ces recherches théoriques ont donné naissance à des algorithmes qui, couplés avec des techniques d'intelligence artificielle, inventent à grande vitesse des molécules actives pour une cible visée.

La start-up a signé des contrats de collaboration avec de grands laboratoires pharmaceutiques comme Sanofi, Servier ou Janssen. « Notre méthodologie, appliquée aujourd'hui à la conception de petites molécules actives, pourra à terme servir à la conception de  molécules biologiques et au design de vaccins.», indique Maximilien Levesque. L'entreprise a  lancé, en plus de ses contrats industriels, le développement de ses propres recherches de candidats médicaments.

Aqemia réunit des compétences pluridisciplinaires (chimistes et physiciens théoriciens et numériciens, spécialistes de l'intelligence artificielle, mathématiciens) pour continuer à développer sa plateforme d’identification de candidats médicaments, et pour ses propres recherches pharmaceutiques. L'équipe, financée par les contrats pharmaceutiques et deux levées de fonds totalisant 10 millions d’euros est aujourd’hui constituée d'une quarantaine de personnes et devrait en compter soixante-dix à la fin de 2022.

 

1 CNRS/École normale supérieure – PSL/Sorbonne Université.

2 Aqemia a été cofondée par Emmanuelle Martiano, directrice des opérations d’Aqemia, ex-principal au Boston Consulting Group pendant neuf ans, où elle a géré des projets complexes avec de grandes entreprises, en particulier dans l'industrie pharmaceutique.

Contacts :

Maximilien Levesque / Président-directeur général d'Aqemia / maximilien.levesque@aqemia.com

Emmanuelle Martiano/ Directrice des opérations d'Aqemia / emmanuelle.martiano@aqemia.com