CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Stratégie

Dynamiser la valorisation des recherches en sciences de l’écologie et de l’environnement

Les laboratoires de l’Institut écologie et environnement du CNRS multiplient les contacts avec l’industrie, les collectivités et les établissements publics, afin de transformer leurs recherches en solutions de gestion des écosystèmes et des ressources naturelles.

illustration

Avec une centaine de laboratoires, l’Institut écologie et environnement (INEE)1 du CNRS constitue une force de recherche considérable sur des sujets aussi divers que la conservation ou la restauration des écosystèmes, la lutte biologique des cultures, les interactions de l’Homme avec son environnement, la gestion des villes ou la production biologique de molécules pour la santé. De nombreux résultats de recherche peuvent déboucher sur des solutions pratiques et méritent d’être valorisés.

La valorisation des recherches en sciences de l’écologie et de l’environnement concerne l’ensemble des citoyens. C’est pourquoi les laboratoires du CNRS impliqués dans ces domaines réalisent de nombreuses actions de médiation auprès du grand public, ainsi que des missions d’expertise auprès des autorités publiques. Depuis plusieurs années, le développement des liens avec les acteurs socio-économiques est devenu une priorité et un pôle Valorisation, innovation et partenariats (VIP) de l’INEE, dont la vocation est d’accélérer le transfert des résultats de recherche vers les entreprises, les collectivités et les organismes publics comme les Agences de l’eau ou l’Office français de la biodiversité (OFB), a été créé.

« L’objectif est d’avoir une vision aussi complète que possible des recherches et des résultats produits dans les laboratoires, puis d'accompagner les chercheurs dans une démarche de valorisation », indique Eric Fouilland, chargé de mission au sein du pôle VIP à l’INEE. Un réseau de correspondants valorisation, présents dans toutes les unités de recherche de l’Institut facilite le partage d’informations. Les services partenariats et valorisation régionaux du CNRS sont également consultés. Quand, par exemple, un résultat de recherche susceptible d’être porteur d’innovation est identifié, le pôle VIP accompagne les chercheurs, les enseignants-chercheurs ou les ingénieurs dans le montage d’un projet de prématuration2, qui pourra être suivi d’un projet de maturation soutenu par une Société d’accélération du transfert de technologies (SATT).

L’autre mission du pôle VIP de l’Institut est de diffuser ces développements auprès des acteurs socio-économiques, tels que les collectivités ou des entreprises, qu’il s’agisse de PME ou de grands groupes. Des journées de rencontres seront d’ailleurs organisées autour de thématiques-clés. Le pôle prépare ainsi une journée axée sur les recherches concernant les insectes, dont les implications sont multiples : lutte biologique pour la protection des cultures, nouveaux aliments, production de molécules d’intérêt, etc.

Plusieurs dispositifs mis en place par l’INEE contribuent à la diffusion des recherches vers le monde socio-économique. Ainsi, les douze dispositifs de partenariat en écologie et environnement régionaux (Dipee) sont des fédérations de laboratoires créées pour dynamiser la recherche entre le CNRS et ses partenaires. L’action de valorisation s’appuie également sur quatorze zones ateliers, des réseaux interdisciplinaires de partage d’informations sur les recherches en lien avec des enjeux sociétaux, ou encore sur treize observatoires Hommes-milieux dédiés à des écosystèmes en forte interaction avec l’Homme (bassin minier, littoral méditerranéen, etc.), d’où peuvent émerger de nouvelles solutions à valoriser.

Les recherches menées dans les laboratoires rattachés à l’INEE aboutissent au dépôt d’une dizaine de brevets par an et ont donné naissance, depuis 2009, date de la création de l’institut, à plusieurs start-up. 36 sont toujours en activité, parmi lesquelles :

Laboratoires Bioprotection, issue du Laboratoire ChimEco3, commercialise un spray anti-moustique non-toxique et 100 % bio-inspiré.

Afyren, née des recherches du Laboratoire micro-organismes : génome et environnement4, produit des molécules biosourcées, substituables aux molécules pétrochimiques, à partir de micororganismes.

Hemarina, issue de la station biologique de Roscoff5, produit de l'hémoglobine à partir de vers marins pour des applications médicales.

Dendrotech  réalise la datation de bois anciens pour le compte d'architectes, de collectivités, d'agences immobilières et d'associations grâce à un procédé né au Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire6.

La collaboration entre des laboratoires et des entreprises a permis l’élaboration de cinq laboratoires communs, dont BiotechAlg (entre le Laboratoire de sciences de l'environnement marin7 et Greensea), axé sur les microalgues, et le laboratoire commun entre le Laboratoire de biodiversité et biotechnologies microbiennes8 et Pierre Fabre, pour la production de nouvelles molécules par des microorganismes en vue de leurs applications en dermo-cosmétique.

L'INEE vient de publier un livre blanc sur l'innovation et la valorisation en sciences de l'écologie et de l'environnement. Ce livre blanc est l’aboutissement de trois années de réflexion du Réseau thématique pluridisciplinaire INNOVAEE sur les moyens de lever les freins au transfert des travaux issus des laboratoires de recherche en sciences de l’écologie et de l’environnement vers le monde socio-économique. Ces freins avaient été initialement évoqués lors des prospectives de l’INEE à Bordeaux en 2017.

 

1  L'INEE rassemble 6 690 personnels dont 3 017 chercheurs et enseignants-chercheurs, 1 977 ingénieurs et techniciens et personnels administratifs (ITA), 1 696 doctorants et post-doctorants.

2 Depuis 2015, le programme de prématuration du CNRS soutient financièrement et accompagne les premières étapes de développement de projets innovants pour faciliter leur transfert vers l’industrie ou la création d’entreprise.

3 CNRS/Université de Montpellier

4 CNRS/Université Blaise Pascal/Université d’Auvergne

5 CNRS/Sorbonne Université

6 CNRS/Le Mans Université/Ministère de la culture/ Nantes Université/Université de Rennes

7 CNRS/IRD/Ifremer/Université de Bretagne occidentale

8 CNRS/Sorbonne Université

 

Contact :

Eric Fouilland /Chargé de mission au sein du Pôle VIP de l’INEE / inee.valorisation@cnrs.fr