CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Écosystèmes

Le Consortium de valorisation thématique (CVT) de l'Alliance pour l'énergie ANCRE lance ses premières études stratégiques

L’objectif du CVT ANCRE est de soutenir et d’améliorer la valorisation de la recherche et le transfert de technologie dans le domaine des énergies, par une offre de services mutualisés destinés aux membres du CVT ANCRE (CNRS, CEA, IFPE et CPU), mais également aux tiers bénéficiaires.

illustration

Le CVT ANCRE permet à ces organismes d’identifier les programmes prioritaires à fort potentiel de valorisation, en synergie avec l’écosystème en particulier avec les industriels et d’avoir ensemble une démarche de valorisation cohérente et groupée. Cet objectif recouvre également une offre de services individualisés, destinés aux nouveaux acteurs majeurs de la valorisation en France, notamment les SATT, les IRT, IEED, instituts CARNOT, France Brevets, etc., leur fournissant une montée en compétence technico-économique.

Depuis le démarrage opérationnel du CVT ANCRE, fin 2012, plusieurs domaines d’études ont été abordés, s’appuyant à chaque fois sur un groupe programmatique de l’Alliance :

  • La première portée par le CEA et le GP4-énergies solaires (animé par le CEA et le CNRS) est consacrée au « Solaire thermique et thermodynamique ».
  • La seconde étude, portée par l’IFP et le GP8-Usages Industrie et agriculture, est consacrée à l’« Optimisation énergétique, économique et environnementale des sites et territoires industriels ». L'amélioration de l'efficacité énergétique aux différentes échelles (composants – dispositifs de production de chaleur ou de froid, échangeurs, réacteurs chimiques, moteurs-, lieu de production – usines-, territoire), une meilleure valorisation des gisements d'énergie et des coproduits, la mise au point de procédés efficients, économes et peu polluants sont autant de pistes de recherche à intégrer dans un objectif de développement d'éco-parcs. Toutefois, des verrous importants, en particulier la quantification des flux d'énergie et de matières et la prédiction des gains énergétiques potentiels, restent à lever.
  • La troisième concerne le secteur de la biomasse, GP1-énergies issues de la biomasse, se subdivise en deux parties :
    • La première portée par l’IRSTEA, est consacrée à l’"organisation des filières d’approvisionnement", et plus particulièrement à la valorisation énergétique (2G) de la biomasse ligno-cellulosique forestière, des cultures énergétiques dédiées comme celle des co-produits agro-industriels, des déchets organiques agricoles et ménagers, en biocarburants, gaz de synthèse, chaleur, électricité. Des questionnements perdurent sur la disponibilité quantitative de la ressource, l’approvisionnement constituant bien entendu un des déterminants essentiels du développement de la filière, en regard d’autres filières (énergétiques, chimiques, matière). Les verrous de développement concernent également tout un domaine d’interactions entre ressources et procédés. L’étude a notamment pour finalité de dégager des perspectives pour lever ces verrous
    • La seconde portée par le CNRS, concerne la « biomasse algale pour l’énergie ». Les énergies basées sur la ressource algale (3G) est moins mature et il existe encore un vrai besoin de clarification de différents points tels les acteurs en présence, le contexte réglementaire ou les différentes opportunités technologiques permettant d’améliorer la rentabilité de la filière. Les travaux menés dans le cadre de cette étude consacrée à la thématique algue auront donc pour but :
      • de caractériser les forces R&D impliquées dans le domaine aux niveaux français, européen voire mondial et les projets collaboratifs,
      • de recenser les industriels, acteurs majeurs de la thématique,
      • d’identifier les freins et les moteurs dans le développement d’installations de productions d’algo-carburants,
      • de mieux cerner les opportunités pour améliorer la viabilité économique de la filière.

 

 

Contact :

Pierre Roy / Direction de l’innovation et des relations avec les entreprises du CNRS / T. + 33 1 44 96 83 03 / pierre.roy@cnrs-dir.fr