Le diagnostic des parchemins passe au sans contact

Archéologie
Physique

L’état de conservation des parchemins est habituellement évalué par des techniques invasives, voire destructives. Des scientifiques de l’Université Paris-Saclay, du CNRS, de l’Ecole polytechnique et du ministère de la Culture1 ont développé une technique d’imagerie optique avancée afin de réaliser une évaluation quantitative, sans contact et non destructive de ces supports. Cette approche, validée sur des échantillons vieillis artificiellement, a été appliquée à des manuscrits sur parchemin datés du 13e siècle, issus du prestigieux fonds de la médiathèque de Chartres. Ces travaux ont fait l’objet d’une publication dans la revue Science Advances le 16 juillet 2021.

  • 1. Travaillant au Laboratoire d’optique et biosciences (CNRS, École polytechnique – Institut Polytechnique de Paris, Inserm) et au Centre de recherche sur la conservation (CNRS, Museum national d’Histoire naturelle, ministère de la Culture)
Bibliographie
Noninvasive quantitative assessment of collagen degradation in parchments by polarization-resolved SHG microscopy, Margaux Schmeltz, Laurianne Robinet, Sylvie Heu-Thao, Jean-Marc Sintès, Claire Teulon, Guillaume Ducourthial, Pierre Mahou, Marie-Claire Schanne-Klein et Gaël Latour.Science Advances, 14 juillet 2021. DOI : 10.1126/sciadv.abg1090

Contact

Aurélia Meunier
Presse Ecole polytechnique
Véronique Etienne
Attachée de presse CNRS