Quel futur pour les manchots empereurs ?

Environnement

Les manchots empereurs établissent leurs colonies sur de la glace de mer dans des conditions extrêmement spécifiques. Mais, à mesure que le climat se réchauffera, la glace de mer disparaîtra graduellement, privant les oiseaux de leur habitat, de leurs sources de nourriture et de leur capacité à élever des jeunes.

Pour prédire l’avenir des colonies de manchots empereurs, une équipe de scientifiques pilotée par le Centre d’études biologiques de Chizé (CNRS/La Rochelle Université)1 a combiné des modèles climatiques et de population selon trois scénarios différents :

-    Si l'objectif fixé par l'Accord de Paris sur le climat est respecté (+1,5°C), seulement 5 % de la glace de mer serait perdue d'ici 2100 autour de l’Antarctique, ce qui entraînerait une baisse de 19 % du nombre de colonies de manchots empereurs.
-    Si la planète se réchauffe de 2°C, ces chiffres augmentent considérablement : la perte de la glace de mer triple presque et plus d'un tiers des colonies existantes disparaissent.
-    Le scénario du statu quo (+ 5 à 6°C), un avenir où aucune mesure ne sera prise pour réduire le rythme du changement climatique actuel, est encore plus catastrophique avec une extinction quasi totale des colonies.

Cette étude fait l’objet d’un article dans Global Change Biology.

#
© Jenouvrier@WHOI/CEBC/IPEV

 

  • 1. Cette équipe implique également en France un chercheur du Laboratoire de mathématiques (CNRS/Université de Savoie Mont Blanc)
Bibliographie

The Paris Agreement objectives will likely halt future declines of emperor penguins. Jenouvrier, S., Iles, D., Labrousse, S., Landrum, L., Garnier, J., Caswell, H., Barbraud, C., Weimerskirch, H., LaRue, M., Ji, R. & Holland, M. Global Change Biology  07 November 2019. https://doi.org/10.1111/gcb.14864

Contact

Stéphanie Jenouvrier
chercheuse CNRS en détachement à WHOI (USA, - 7h)
CNRS - Bureau de Presse