En 15 ans d’existence, l’ERC est devenu l’un des programmes de financement les plus prestigieux au monde

Recherche International

Dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, le CNRS et le Conseil européen de la recherche (ERC), en partenariat avec le Collège de France, ont célébré les 15 ans de l’ERC dans un événement spécial organisé le 28 février dernier. Une demi-journée qui a rappelé l’importance de soutenir la recherche exploratoire de toutes les disciplines afin d’assurer l’avenir et les ambitions de l’Europe.

Depuis 15 ans, le Conseil européen de la recherche (ERC) soutient la science fondamentale d’excellence qui est son unique critère de sélection. Une recherche exploratoire et interdisciplinaire menée sur le long terme qui apporte aux scientifiques une visibilité internationale à différentes étapes de leur carrière. Le 28 février dernier, l’événement en ligne « ERC, 15 ans de recherche européenne » organisé par le CNRS1  et l’ERC en partenariat avec le Collège de France, dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, a fait le point sur les avancées du programme.

Près de 1 500 personnes ont assisté aux tables rondes et aux interventions dont celles de la ministre Frédérique Vidal et du secrétaire d’État chargé des Affaires européennes Clément Beaune. Des représentants d’institutions majeures de la recherche européenne avaient fait le déplacement à Paris, à commencer par la présidente de l’ERC, Maria Leptin, mais aussi des représentants du réseau G62  : Maria Chiara Carrozza, présidente du CNR italien, Matthias Kleiner, président de l’Association Leibniz, Rosa Menédez Lopez, présidente du CSIS espagnol, Otmar Wiestler, président de l’Association Helmholtz, Berthold Neizert, chef du département de la politique de recherche et des relations extérieures de la société Max Planck et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS. Ils ont tenu à marquer cet anniversaire en affirmant leur attachement au programme et l’importance de sa préservation. La demi-journée a été tantôt tournée sur ses réalisations, tantôt vers l’avenir et le rôle de l’ERC dans le cadre du programme-cadre Horizon Europe3 .

15 ans de soutien à la recherche exploratoire de pointe

Premier bénéficiaire de l’ensemble des différentes bourses ERC4 , le CNRS compte plus de 650 lauréats parmi les 10 000 financés par le programme en 15 ans. Le nombre de projets soumis par des chercheurs et chercheuses de l’organisme a augmenté de 60 % entre les deux précédents programmes-cadres, FP7 et Horizon 2020. Antoine Petit a néanmoins annoncé vouloir faire mieux, notamment sur le nombre de candidatures portées par des femmes. S’il soutient également les bourses Synergy accordées à des équipes interdisciplinaires, il considère que « la priorité devrait aller aux subventions individuelles. En soutenant les ressorts essentiels de la recherche – la curiosité intellectuelle, le risque, mais aussi la rigueur et l’exigence –, l’ERC pousse nos chercheuses et chercheurs à donner le meilleur d’eux-mêmes ». L’occasion de rappeler également que derrière chaque scientifique primé se cachent une équipe et un laboratoire tout entier qui bénéficient à leur tour du rayonnement apporté par l’ERC.

Groupe
Des représentants d’institutions majeures de la recherche européenne avaient fait le déplacement à Paris pour l'événement. Capture d'écran.

Lors de la première table ronde, les représentants du G6 ont rappelé le rôle primordial de l’ERC pour la promotion d’une recherche libre, indépendante et fondamentale comme peu de programmes le permettent. Par ailleurs, ils ont émis un appel global aux politiciens pour que ces derniers donnent à ces recherches les moyens matériels d’exister. « Investir dans l’ERC, c’est investir pour l’avenir de l’Europe », a notamment renforcé Berthold Neizert.

Il a souvent été rappelé pendant la journée que l’ERC est synonyme d’excellence. Les projets financés par ces bourses contribuent largement au 1 % d’articles les plus cités au monde. Le programme permet en outre d’initier des collaborations d’envergure internationale : 60 % des publications scientifiques provenant de travaux financés par l’ERC impliquent des collaborations entre plusieurs pays. Il attire également des talents du monde entier avec 18 % des bénéficiaires provenant de pays non-européens. Enfin, l’ERC est aussi un programme qui mise sur l’avenir. Deux tiers des scientifiques qui en bénéficient ont moins de 40 ans. Mais aussi sur l’égalité de genre avec un taux de succès Identique pour les hommes et les femmes, même si en absolu les candidatures portées par les femmes sont moins nombreuses.

De l’exploration à l’innovation

En finançant du risque, l’ERC a soutenu l’émergence d’avancées scientifiques majeures. En témoigne l’histoire d’Uğur Şahin, directeur général de BioNTech, bénéficiaire d’une bourse ERC et co-inventeur du vaccin de Pfizer contre le COVID-19. En 2020, il réoriente presque 30 ans de recherches portant sur le développement d’un vaccin à ARN messager contre le cancer, pour les appliquer au coronavirus SARS-COV2. Un domaine au potentiel initial non reconnu qui montre que l’innovation demande ces décennies de recherches. « Nous sommes pionniers, mais nous n’avons jamais été seuls, nous sommes ancrés dans la communauté scientifique. La science repose sur le partage de connaissances, c’est essentiel pour fertiliser le progrès », a déclaré le chercheur-entrepreneur.

Visio
Uğur Şahin, directeur général de BioNTech, est venu présenté son histoire. Capture d'écran.

L’exemple d’Uğur Şahin souligne la nécessité de financer la recherche exploratoire, mais aussi de la transférer. « L’Europe investit moins dans la recherche et l’innovation que ses concurrents à l’international. Il est évident que nous ne pourrons pas atteindre nos objectifs si nous ne sommes pas à la pointe sur la recherche et l’innovation », a déclaré Maria Leptin. « L’Europe doit investir dans toute la gamme des compétences, du développement d’une science de pointe à l’incubation d’une nouvelle génération de start-up ». Sans être sa vocation première, l’ERC peut générer des recherches sources d’innovations que l’Europe doit valoriser.

À cet effet, la Commission européenne a souhaité rapprocher l’ERC et le Conseil européen de l'innovation (EIC) en mettant en place en 2021 un nouveau financement d’aide à la maturation de nouvelles technologies et au rapprochement des marchés : l’EIC Transition. Suite au premier appel, 25 des 42 projets lauréats étaient issus du programme Proof of concept (POC) de l’ERC. Un soutien appréciépar les chercheurs-entrepreneurs pour qui faire avancer les connaissances et avoir de véritables répercussions sur la société est bien compatible.

L’ERC au cœur des défis de nos sociétés

Dans le dernier acte de l’après-midi, les organisateurs ont souhaité mettre en avant le rôle essentiel des sciences humaines et sociales dans le paysage européen de la recherche. Côté français, le CNRS a noté une sous-exploitation de son important vivier d’experts de ce domaine dans le cadre du programme ERC, et compte bien y remédier. Par ailleurs, les intervenants font tous le même constat : pour mieux accompagner les décisions politiques, ils doivent travailler davantage pour convaincre de la valeur des recherches en sciences humaines et sociales.

Frédérique Vidal connaît bien ces interrogations. La ministre a ainsi déclaré : « À l’heure où le monde est confronté aux transitions écologiques, numériques, aux crises sanitaires, etc., je suis convaincue que si nous nous contentons de lever des verrous technologiques sans étudier l’impact et les attentes sociétales, nous échouerons à accompagner nos sociétés dans ces transitions ». En conclusion, Clément Beaune a également tenu à apporter une reconnaissance politique aux actions de l’ERC en témoignant que : « La présidence française salue et encourage à poursuivre les efforts qui doivent faire de notre continent un leader de l’innovation de rupture et de l’excellence scientifique ».

  • 1En particulier le Bureau de Bruxelles et Olga Allard, coordinatrice du groupe miroir ERC-CNRS.
  • 2Ensemble, ils représentent 135 000 collaborateurs européens.
  • 3Le nouveau programme cadre de fonds européen pour la recherche, le développement et l’innovation démarré en 2021.
  • 4L’ERC propose différentes bourses individuelles : Starting, Consolidator et Advanced Grants. Ainsi que les bourses Proof of Concept pour l'aide à la valorisation et Synergy pour des équipes de deux à quatre chercheurs et chercheuses et leurs équipes pour mener conjointement des projets de recherche ambitieux.