Un nouveau Conseil présidentiel de la science

Recherche

Un nouveau Conseil présidentiel de la science, annoncé par le président de la République française Emmanuel Macron le 7 décembre 2023, vise à faire le lien entre l’exécutif et le monde de la recherche. Plusieurs de ses membres relèvent du CNRS ou sont liés à l’organisme.

Le jeudi 7 décembre 2023, le président de la République française a annoncé, devant un parterre de 300 scientifiques, présidents d’organismes nationaux de recherche et d’universités réunis pour leur présenter sa « vision pour l’avenir de la recherche française », la création d’un « Conseil présidentiel de la science », composé de douze scientifiques de haut niveau représentant toutes les disciplines. Pour Emmanuel Macron, à l’instar du précédent Conseil scientifique qui avait accompagné l’exécutif durant la crise du Covid-19 en 2020, ce nouveau Conseil permanent aura pour but de « mettre pleinement la science au cœur de nos décisions ». Avec une « liberté de parole et méthode », cette structure, réunie « au moins une fois par trimestre », aura pour missions d’aider le chef de l’État « à voir les émergences qu’il nous faut commencer à penser, alerter sur les dysfonctionnements, essayer de bâtir des projets nouveaux et d’aller vers des projets de rupture indépendamment des politiques publiques ».

L’annonce de cet organe présidentiel fait suite au rapport Gillet, remis à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche en juin 2023. Parmi les quatorze propositions dudit rapport visant à maintenir « la France dans son rôle de leader au sein du paysage international de la recherche et de l’innovation » figurait notamment la création d’un « haut-conseiller à la science ». Ce dernier poste avait pour but d’« assurer une représentation permanente de la science au plus haut niveau de l’État » et ainsi de « clarifier au niveau de l’État l’organisation de la stratégie et de la politique de recherche et d’innovation française ».

L’exécutif a donc fait le choix d’une représentation collégiale de la science au sein de ce nouveau Conseil présidentiel. Au sein de ce dernier, on compte quatre chercheurs et chercheuses du CNRS et d’autres scientifiques liés à l’organisme au sein d’unités dont le CNRS est cotutelle. De fait, le président-directeur général du CNRS, Antoine Petit, se réjouit de « voir le CNRS aussi bien représenté au sein de cette nouvelle structure de conseil au plus haut niveau de l’État ».

En effet, quatre agents CNRS figurent dans ce nouveau Conseil : Alain Aspect, physicien, médaille d’or du CNRS en 2005 et prix Nobel de physique en 2022, Sandra Lavorel, écologue et médaille d’or du CNRS en 2023, Claire Mathieu, informaticienne et médaille d’argent du CNRS en 2019, et Pascale Senellart, physicienne et médaille d’argent du CNRS en 2014, tous les quatre directeur et directrices de recherches au CNRS. Figurent également à leurs côtés le prix Nobel d’économie 2014 Jean Tirole, professeur à la Toulouse School of Economics et médaille d'or du CNRS 2007 ; le professeur Fabrice André, oncologue réputé, directeur de la recherche de Gustave-Roussy depuis 2020 ; le professeur José-Alain Sahel, médecin ophtalmologiste, qui a notamment reçu la médaille de l’innovation du CNRS en 2012 ; Aude Bernheim, chercheuse en microbiologie à l’Inserm ; Hugo Duminil-Copin, mathématicien, qui a reçu la médaille Fields, plus haute récompense de sa discipline, en 2022 ; Pierre-Paul Zalio, président du Campus Condorcet depuis 2022 et professeur de sociologie, récipiendaire de la médaille de bronze du CNRS en 2003 ; Lucien Bély, historien et membre de l’Institut de France et de l'Académie des sciences morales et politiques ; enfin, Claudine Tiercelin, philosophe et membre de l'Académie des sciences morales et politiques.

Fabrice André

Fabrice André est professeur des universités-praticien hospitalier de l'université de Paris-Saclay et le directeur médico-scientifique de l'institut Gustave Roussy, où il dirige une unité Inserm sur le développement de thérapies ciblées dans le cancer, plus particulièrement le cancer du sein. C’est un spécialiste mondialement reconnu dans le domaine des cancers du sein métastatiques.

Alain Aspect

Alain Aspect est directeur de recherche émérite du CNRS au Laboratoire Charles Fabry1 . Après avoir été distingué par la médaille d’or du CNRS en 2005, le prix Nobel de physique lui est décerné en 2022 pour ses travaux sur l’intrication quantique, ayant ouvert la voie aux technologies quantiques.

  • 1CNRS / Institut d’Optique Graduate School.

Lucien Bély

Lucien Bély est professeur des universités en histoire moderne à Sorbonne Université, rattaché au Centre Roland Mousnier1 . Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, docteur ès lettres, il est spécialiste de l’histoire politique, sociale et culturelle de la diplomatie et de la paix et plus globalement de l’histoire des relations internationales des XVIIe et XVIIIe siècles. Lucien Bély est président d’honneur de l’Association des historiens modernistes des universités françaises et membre de l’Institut de France au sein de l'Académie des Sciences morales et politiques (section Histoire et géographie).

  • 1CNRS / Sorbonne Université.

Aude Bernheim

Aude Bernheim est chercheuse Inserm, spécialiste en microbiologie et en génétique, qui se distingue aussi par son fort engagement associatif. Quand elle ne se consacre pas à traquer les ressemblances entre l’immunité des bactéries et celle des êtres humains, la jeune chercheuse agit pour gommer les différences de traitement entre les femmes et les hommes de science. Elle est aussi lauréate ERC en 2021 et dirige un groupe G5 Track à l’Institut Pasteur.

Hugo Duminil-Copin

Hugo Duminil-Copin est un mathématicien français spécialisé dans les probabilités, lauréat de la médaille Fields 2022. Il est membre du Laboratoire Alexander Grothendieck1 et professeur permanent à l’Institut des Hautes Études Scientifiques (IHES) depuis 2016.  

  • 1CNRS / IHES.

Sandra Lavorel

Sandra Lavorel est écologue au CNRS au Laboratoire d'Écologie Alpine de Grenoble1 où elle s’intéresse au fonctionnement des écosystèmes et aux services qu’ils rendent aux humains. Elle a travaillé sur les effets du changement climatique sur des écosystèmes très variés et fournit régulièrement un appui scientifique aux politiques d’aménagement du territoire. Ses travaux de recherche ont été récompensés par la médaille d’or du CNRS en 2023.  

  • 1CNRS / Université Grenoble Alpes / Université Savoie Mont-Blanc.

Claire Mathieu

Claire Mathieu est directrice de recherche CNRS à l’Institut de recherche en informatique fondamentale1 . Elle a consacré sa carrière à la conception et l’analyse d’algorithmes. Elle a notamment développé de nombreuses solutions pour obtenir des approximations satisfaisantes à des problèmes dont la résolution exacte est trop longue ou trop complexe. Elle a occupé une chaire au Collège de France pour l’année 2017-2018, puis a été élue à l’Académie des sciences en 2019. La même année, elle a obtenu la médaille d’argent du CNRS.

  • 1CNRS / Université Paris Cité.

José-Alain Sahel

José-Alain Sahel est professeur des universités-praticien hospitalier en ophtalmologie à Sorbonne Université. Il est connu mondialement pour ses travaux pionniers dans le domaine de la rétine artificielle et des thérapies régénératrices de l'œil. Il a fondé, à Paris, l'Institut de la vision1 devenu leader mondial de la restauration de la vision et plusieurs entreprises. Il est notamment membre de l'Académie des sciences. Il est lauréat de la médaille de l'innovation du CNRS en 2012. Il dirige actuellement le Département d’Ophtalmologie de University of Pittsburgh School of Medicine.

  • 1CNRS / Sorbonne Université / Inserm.

Pascale Senellart

Pascale Senellart est directrice de recherche au CNRS au Centre de nanosciences et de nanotechnologies1 . Depuis son entrée au CNRS en 2002, elle développe des composants optiques pour le traitement de l’information quantique. Ses travaux lui ont valu en 2014 la médaille d’argent du CNRS. Pascale Senellart est aussi lauréate du Grand Prix Mergier Bourdeix de l'Académie des Sciences en 2021, élue à l'Académie des Sciences et nommée Officier de l'Ordre National du Mérite en 2022. En 2017, Pascale Senellart co-fonde la start-up Quandela qui commercialise les sources de photons uniques qu’elle a conçues.

  • 1CNRS / Université Paris-Saclay.

Claudine Tiercelin

Claudine Tiercelin est professeur au Collège de France où elle occupe depuis 2010 la chaire Métaphysique et philosophie de la connaissance. Agrégée de philosophie, ancienne élève de l'École normale supérieure, elle a étudié aux universités de Paris IV, de Berkeley et de Paris I. Après avoir enseigné dans le secondaire, Claudine Tiercelin a exercé des fonctions d'assistante à l'université de Rouen, de maître de conférences à l'université de Paris I, de professeur aux universités de Tours et de Paris-XII (Créteil). De 2000 à 2003, elle a présidé le jury des agrégations interne et externe de philosophie. Elle a enseigné à l’étranger, notamment à l'université Fordham (New York) en 2006 et 2007.

Ses travaux s’organisent autour de trois axes, depuis toujours étroitement corrélés : Charles Sanders Peirce et l’héritage pragmatiste en philosophie, la métaphysique, la philosophie de la connaissance.

Membre senior honoraire de l’Institut universitaire de France, membre de l'Institut Jean-Nicod1 , membre de l’Academia Europaea depuis 2012, officier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite, Claudine Tiercelin a été élue à l'Académie des sciences morales et politiques en 2017.

  • 1CNRS / ENS - PSL / EHESS.

Jean Tirole

Jean Tirole est président honoraire de Toulouse School of Economics, directeur scientifique de TSE-Partenariat à Toulouse et membre fondateur de l’Institute for Advanced Study in Toulouse. Il est également professeur invité au MIT et membre de l'Institut de France. Ses recherches portent sur l'organisation industrielle, la réglementation, la théorie des organisations, la théorie des jeux, la finance, la macro-économie,et la psychologie. Jean Tirole a publié plus de 200 articles dans des revues internationales ainsi que 12 livres, dont en 2016 un livre destiné au grand public sur l'Économie du bien commun. Il a reçu de nombreuses distinctions internationales, dont la médaille d’or du CNRS en 2007 et le Prix 2014 de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel.

Pierre-Paul Zalio

Pierre-Paul Zalio est président du Campus Condorcet, la Cité des humanités et des sciences sociales, depuis 2022. Ancien élève de l’École normale supérieure de Cachan, agrégé de sciences sociales et docteur en sociologie, il est professeur de sociologie à l’École normale supérieure Paris-Saclay, qu’il a dirigée entre 2012 et 2022. Il a engagé l’École dans un processus de regroupement complexe et ambitieux qui a donné naissance à l’Université Paris-Saclay. Chercheur au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société1 , ses recherches portent sur le patronat familial (notamment) marseillais et la figure de l’entrepreneur. Elles éclairent les dynamiques de transformation de la société salariale. Pierre-Paul Zalio a reçu la médaille de bronze du CNRS en 2003, est membre honoraire de l’Institut universitaire de France et a été fait Chevalier de la Légion d’honneur en 2015.

  • 1CNRS / ENS Paris-Saclay / Université Évry – Val d’Essonne / Université Paris-I Panthéon-Sorbonne / Université Paris-Nanterre / Université Vincennes-Saint-Denis.