Nouveaux médicaments : la recherche publique allie efficience et maîtrise des prix

Santé
Sciences humaines et sociales

La recherche fondamentale nécessaire au développement de nouveaux produits pharmaceutiques est-elle plus efficiente dans les mains du secteur public, d’une firme pharmaceutique, ou d’un laboratoire privé indépendant ? Comment ces différentes organisations influent-elles sur le prix de médicaments innovants, en forte hausse ces dernières années ? Pour répondre à ces questions, les économistes Francesca Barigozzi (université de Bologne) et Izabela Jelovac (CNRS)1ont construit et analysé un modèle inspiré de la théorie des jeux2. Dans un article récemment publié par la revue Health Economics, elles démontrent que la recherche fondamentale a le meilleur rapport performance/coût lorsqu’elle est menée soit dans un laboratoire public, soit dans la firme pharmaceutique. Si recherche fondamentale et appliquée sont très complémentaires – augmenter la qualité de l’une bénéficiant à l’autre –, alors le secteur public pilote la recherche fondamentale de manière plus efficiente que la firme pharmaceutique. Quant aux prix des nouveaux médicaments, ils sont les plus faibles lorsque la recherche fondamentale est issue de laboratoires publics. Ces résultats nuancent donc la relation, admise jusqu’ici en économie, selon laquelle l'efficience dans la recherche va forcément de pair avec un prix élevé du produit final3 : en effet, dans certaines circonstances, la recherche fondamentale publique est la plus efficiente et engendre les prix les plus faibles.

A lire dans CNRS le Journal sur le même thème :Traitement contre le Covid-19 : faudra-t-il payer le prix fort ?

  • 1. Chercheuse au Groupe d’analyse et de théorie économique Lyon – Saint-Etienne (CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1/Université Jean Monnet/Université Lumière Lyon 2/ENS de Lyon).
  • 2. Les trois « joueurs » sont ici les pouvoirs publics, qui prendront en charge une partie du prix du traitement et financent éventuellement la recherche, la firme pharmaceutique en charge de la recherche appliquée et commercialisant le produit, et enfin le laboratoire où a été réalisée la recherche fondamentale, qui peut dépendre de l’un des deux premiers acteurs (laboratoire public, firme pharmaceutique), ou être indépendant (une start-up par exemple). Une négociation entre ces acteurs permet la fixation des prix et le financement de la recherche.
  • 3. Ce qui se produit lorsque la recherche fondamentale est menée par une firme pharmaceutique.
Bibliographie

Research funding and price negotiation for new drugs, Francesca Barigozzi, Izabela Jelovac. Health Economics, 14 juin 2020. DOI : 10.1002/hec.4113

Contact

Izabela Jelovac
Chercheuse CNRS
Véronique Etienne
Attachée de presse CNRS