Le CNRS et l’océan

Rassemblant des chercheurs et chercheuses de toutes les disciplines, le CNRS est dans une position unique pour coordonner et faciliter la recherche sur l’océan, dans toutes ses dimensions. Il fournit également aux décideurs les connaissances scientifiques pertinentes, afin d’éclairer les choix politiques. Avec un objectif : mieux comprendre les océans et les préserver de manière durable.

« L’océan a besoin de science, de toutes les sciences. Il est par essence un objet interdisciplinaire et le CNRS encourage à le penser comme un objet de la durabilité pour assurer ainsi la pérennité du système Homme-océan. ».
Antoine Petit, président-directeur général
+ 3Md de personnes dépendent de la biodiversité marine et côtière pour subvenir à leurs besoins
11 millions de km2 de territoire maritime pour la France, 2e Etat du monde en la matière
1 000 scientifiques et une cinquantaine de laboratoires mis à disposition par le CNRS pour étudier l'océan dans toutes ses dimensions

Les océans couvrent les trois quarts de la surface de la Terre et contiennent 97 % de l’eau de notre planète. Aujourd’hui, plus de trois milliards de personnes dépendent de la biodiversité marine et côtière pour subvenir à leurs besoins. Pourtant, l’empreinte humaine sur les océans se fait de plus en plus menaçante, pour le milieu marin mais aussi les services écosystémiques qu’il fournit, comme les ressources de pêche : pollutions multiples – plastiques, eaux usées, pesticides, hydrocarbures –, surpêche, développement du trafic maritime et de l’économie bleue, impacts du changement climatique avec la fonte des glaces ou encore la survenue d’événements extrêmes plus réguliers… La préservation de l’océan constitue donc un enjeu majeur, y compris pour la France : avec près de 11 millions km2 répartis sur tous les océans, soit quatre fois la mer Méditerranée, elle est le deuxième État du monde en termes de territoire maritime, juste derrière les États-Unis.

Mais l’océan est un milieu complexe. Des continents jusqu’aux grands fonds, de la molécule au système global en passant par les écosystèmes, les sociétés humaines et leurs multiples usages de l’océan, jusqu’au partage des connaissances avec les décideurs, les professionnels et les citoyens : il nécessite de se coordonner bien au-delà des seules sciences marines pour mieux le préserver.

Avec plus de 1000 scientifiques mobilisés dans une cinquantaine de laboratoires, le CNRS est l’un des tout premiers organismes de recherche au monde capables de composer de multiples alliances entre toutes les disciplines – océanographie, physique, sociologie, biologie, écologie, géologie, mathématiques, chimie, économie et même philosophie – pour étudier l’océan dans toutes ses dimensions.

Pour accompagner l’organisation de la recherche et la coopération sur le sujet, le conseiller Océan du CNRS, Joachim Claudet, a élaboré, avec les instituts du CNRS, une stratégie scientifique. Celle-ci vise à mener des recherches interdisciplinaires et répondre aux questions de la société et des décideurs sur l’océan. Elle s’appuie notamment sur une task force Océan regroupant les 10 instituts du CNRS et sur le groupement de recherche Omer, coordonné par Fabrizio D’Ortenzio, qui rassemble de nombreuses expertises scientifiques interdisciplinaires et multi-organismes.

 

Joachim Claudet et Fabrizio D'Ortenzio

Parmi les 37 programmes nationaux (PPR et PEPR1 ) que le CNRS pilote ou copilote, plusieurs sont consacrés à l’océan. Ils portent sur des recherches ciblées thématiques et géographiques, et visent à apporter des réponses concrètes à la société. Le CNRS intervient également dans des instances de décision nationales, européennes et internationales pour fournir aux décideurs les connaissances scientifiques pertinentes et éclairer les choix politiques concernant la durabilité de l’océan.

  • 1Programmes prioritaires de recherche (PPR) et Programmes et équipements prioritaires de recherche (PEPR).

Les programmes nationaux pilotés ou copilotés par le CNRS

Le Programme prioritaire de recherche (PPR) Océan Climat copiloté par le CNRS et l’Ifremer. 

Six Programmes d’équipements prioritaires de recherche (PEPR) :

Les instances de concertation et les interfaces sciences-décision sur l’océan auxquelles le CNRS participe